Rencontre avec Maria – Dolores

Professeur de Français au lycée Margarita Salas de Séville, Maria Dolores mène l’échange avec Saint-Vincent pour la 4ème année. Nous l’avons rencontrée ce mercredi.

Comment est né chez vous ce goût de la langue française ?

De 3 à 13 ans, j’ai été scolarisée à l’Ecole française de Séville. C’était une école privée non religieuse de bonne réputation. Tous les professeurs étaient français. Le matin, les cours étaient en français et l’après-midi en espagnol. Ensuite, comme le lycée était réservé aux garçons, j’ai poursuivi dans un autre établissement et le français était ma première langue vivante. Durant mes études de philologie, j’allais aussi à l’Institut français de Séville qui est en lien avec l’Université du Mirail, à Toulouse.

Qu’est-ce qui vous plait dans l’enseignement du français ?

Vous savez, je me souviens que mon jeu préféré, petite fille, était d’apprendre le français à mes poupées ! Je ne peux pas réellement expliquer d’où me vient ce goût, à la fois du français et de l’enseignement, les deux sont liés, c’est comme si j’avais toujours voulu faire ça !

Vous aimez aussi la France ?

J’aime tout en France et tout est différent : les horaires, les repas, la façon de penser ! C’est la 4ème fois que je viens à Saint-Vincent et vraiment je me sens très bien, l’équipe et moi on a bien « connecté » ! J’aime beaucoup la chanson française, et certains sont bien connus en Espagne: Cabrel, Goldman, Zaz… Je découvre ces derniers temps le cinéma français. A Séville, certains films sont proposés en V.O.

Vous êtes proche de la retraite, votre métier a-t-il beaucoup évolué ?

J’aime toujours autant mon métier mais c’est vrai que la société a changé et les élèves aussi bien sûr ! Il me semble que la société « gâte » beaucoup les enfants et cela leur fait perdre le goût de l’effort, ils sont un peu habitués à tout avoir facilement. Apprendre une langue comme le français, c’est difficile ! Maintenant, je mets parfois un peu de « morale » dans mes cours sur ce thème de l’effort, du travail…. Certains élèves écoutent et même me remercient de les avoir un peu « secoués ». Je suis considérée comme une prof exigeante et les élèves se rendent compte qu’ils sont capables d’apprendre énormément de choses s’ils s’en donnent la peine…

Propos recueillis le 19 septembre 2018

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s