Littso : rencontre avec les Editions Ecarts, par Loyse

Jeudi 30 mars, nous avons rencontré de véritables architectes du livre : les créateurs des Editions Ecarts. Le métier d’éditeur est en réalité un métier bien plus complexe que supposé et il est tout à fait différent du métier d’imprimeur.

En effet, un éditeur doit trouver son projet de livre, le promouvoir tout en finançant l’auteur et l’imprimeur. En créant son livre, l’éditeur doit chercher à surprendre le lecteur, tout en restant proche de l’esprit du livre, en jouant sur la mise en page, le choix du papier et des différents matériaux ou encore les caractères. Mais souvenons-nous que les éditions Ecarts, fondées en 1974, éditent des livres d’artistes, très différents des éditions ordinaires. Nous allons donc parler plus précisément de ces livres spéciaux.

Tout d’abord, il est important de savoir qu’il existe différents types de livres d’artistes. Le premier, créé par un artiste seul ne présentant que des œuvres ; le second créé toujours par un artiste mais présentant également du texte de l’artiste lui-même ; le troisième où le livre est réalisé en collaboration entre un artiste et un auteur. Ces ouvrages sont tirés en peu d’exemplaires et sont souvent signés par les artistes. Ils sont vendus dans des librairies spécialisées, au prix des estampes, soit 200 à 300 euros pour les prix les plus bas et 1000 à 1500 euros pour les plus chers. Certains de ces livres d’artistes publiés par les Editions Ecarts, nous ont été présentés.

Le premier, un livre très symbolique et la première publication des Editions Écarts : Les Illuminations. Un livre en lithographie où Claude George illustre les poèmes de Rimbaud. Ce livre se présente en pages détachables afin que le lecteur choisisse lui-même un ordre, selon la volonté de Rimbaud qui ne souhaitait pas d’ordre pour la publication de ses poèmes. Le second livre est également original : Frédéric Benrath, l’artiste, avait en effet réalisé les gravures avant même que Michel Butor, l’auteur, n’ait commencé à écrire. Voyages aux îles des vestiges, par des pages estampées, difficiles à lire, aborde les thèmes du déchiffrement, du lointain et même des difficultés à comprendre l’autre. Enfin le dernier livre Quand bien même, de Louis Dire et Colette Deblé, est un véritable hommage au livre de Mallarmé, Un coup de dés, leur façon à eux de relancer les dés !

ecarts

Cliquez sur l’image pour accéder au site des Éditions Écarts.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s